# 55 (2001)

Version numérisée

Jocelyne Mathieu (7e fauteuil)
« Pionnières méconnues. Madeleine Doyon-Ferland et Simonne Voyer aux Archives de folklore de l’Université Laval ».

Madeleine Doyon-Ferland et Simonne Voyer se sont toutes deux intéressées aux traditions des Francophones en Amérique du Nord, particulièrement au Québec et en Acadie. La première, en charge du secrétariat de la nouvelle chaire de Folklore à l’Université Laval, en 1944, devient professeure de folklore et d’ethnologie. Elle y fera carrière en recherche et en enseignement et développera comme champs de prédilections la rythmique, les jeux et les divertissements, le costume et les coutumes. Au début des années 1950, Madeleine Doyon fait la rencontre de Simonne Voyer, une femme fougueuse, passionnée par la danse. Elles noueront une collaboration durable qui sera entretenue au sein des Archives de folklore. Associée à líéquipe de Luc Lacourcière, Simonne Voyer poursuit des recherches sur le terrain et se perfectionne sans cesse, parallèlement à sa carrière d’enseignante. Ces deux femmes ont ouvert des voies originales de recherche. Leur apport est toujours considéré comme majeur pour l’avancement de leurs domaines
respectifs et pour l’ethnologie au Québec et au Canada. Both Madeleine Doyon-Ferland and Simonne Voyer became interested in the traditions of North America’s francophone population, particularly in Québec and Acadia. The former, in charge of the secretariat of the new chair of Folklore at Laval University, became in 1944 professor of folklore and ethnology. She pursued her research and teaching career there and specialized in rhythmic, games and amusements, costumes and customs. In the early 1950s, Madeleine Doyon met Simonne Voyer, a spirited woman who had a passion for dance. They collaborated for years within the folklore archives. Associated with Luc Lacoursière’s team, Simonne Voyer continued her research in the field and her self-improvement parallel to her teaching career. These two women opened original avenues of research. Their contribution is still considered as major for the progress of their respective fields of specialization and for ethnology in Québec and Canada. Fernand Harvey (8e fauteuil), « L’historiographie régionaliste des années 1920 et 1930 au Québec » Au Québec, l’historiographie régionale s’est développée à partir des années 1920 et 1930, prenant en quelque sorte le relais des monographies de colonisation des régions périphériques produites entre 1850 et 1914. Si les publications consacrées à l’histoire locale et paroissiale sont relativement abondantes au cours de l’entre-deux-guerres, les synthèses qui tentent de présenter une vue d’ensemble de l’évolution d’une région demeurent l’exception. Cet article se propose d’analyser les six principales synthèses d’histoire régionale publiées à cette époque : les Bois-Francs de l’abbé Charles-Édouard Mailhot, la Gaspésie du frère Antoine Bernard, le Témiscamingue de Augustin Chénier, l’Outaouais du père Louis Taché et al., le Saguenay de Mgr Victor Tremblay et les Cantons de l’Est de Mgr Albert Gravel. Bien que le niveau de formation et la rigueur de la méthodologie historique de ces auteurs ne soient pas les mêmes, ils partagent certains éléments díun même cadre d’interprétation où la conquête du sol par les Canadiens français et le rôle dévolu au clergé dans la construction des structures locales et régionales occupent une place centrale. De plus, l’histoire économique apparaît comme un même point faible de ces synthèses. À une exception près, les auteurs sont tous des clercs. Fils de cultivateurs, ils appartiennent à une même génération née dans les années 1890. À l’exemple de Mgr Albert Tessier de Trois-Rivières qui en a inspiré plusieurs, ces historiens se feront les promoteurs du mouvement régionaliste des années 1930.

The development of regional historiography in Québec dates back to the 1920s and 1930s and may be seen as a sort of successor to the colonization monographs of peripheral regions produced between 1850 and 1914. While publications devoted to local and parochial history are relatively abundant in the inter-war period, rare are those which attempt to present an overview of the evolution of a particular region. The article proposes an analysis of six main overviews of regional history published in the period: the Bois-Francs by Father Charles-Édouard Mailhot, the Gaspé peninsula by Brother Antoine Bernard, Témiscamingue by Augustin Chénier, the Outaouais by Father Louis Taché et al., the Saguenay by Monsignor Victor Tremblay and the Eastern Townships by Monsignor Albert Gravel. Although the level of training and the historical and methodological rigor of these authors are not the same, they share certain aspects of a similar interpretative context in which French Canadian occupation of the territory and the clergy’s role in the construction of local and regional structures are seen as important. Also, a weak point common to these overviews is their handling of economic history. With one exception, these authors are all priests and belong to the generation born in the 1890s. Following the example set by Monsignor Albert Tessier of Trois-Rivières who was an inspiration for several, these historians became the promoters of the regionalist movement of the 1930s.

Yvan Lamonde (2e fauteuil)
« Quelle histoire nous racontons-nous ? Fiction littéraire et histoire »

Cet article explore la question des rapports entre histoire et littérature entendue au sens de fiction et questionne la résistance des historiens à faire usage de la fiction comme source documentaire. Il est proposé que l’histoire n’a pas un contact privilégié avec  » la réalité  » mais qu’elle est un construit, qu’elle travaille sur la représentation et qu’à titre de récit obligé, elle est confrontée au problème de la fiction. Le texte tente de répondre à la question suivante : que conçoit-on être les problèmes et les résultats d’une histoire intellectuelle du Québec qui serait rédigée à partir d’un corpus fictionnel ou incluant du fictionnel ? This article explores the relationship between history and fictional literature and calls into question the resistance of historians to make use of fiction as a documentary source. It is proposed that history does not have a privileged contact with « reality » but is itself a construct, a representation, and as a narrative, it is confronted with the problem of fiction. The text tries to answer the following question: what are the perceived problems and results of an intellectual history of Québec based on a fictional corpus or which includes the fictional?

Pierre Trépanier (1er fauteuil)
« L’étudiant idéal vers 1913 »

Convaincu que la mission de l’université est non seulement professionnelle, mais encore culturelle, religieuse, morale et nationale, Lionel Groulx prépare un vade-mecum. Le portrait de l’étudiant idéal qui síen dégage met en valeur la forte personnalité de ce dernier : il est à la fois un résistant, aux points de vue religieux et traditionaliste, et un collaborateur à l’édification d’une patrie plus juste et plus fraternelle. C’est déjà un citoyen et un  » homme d’action  » qui, dans le cadre de l’Association catholique de la jeunesse canadienne-française, poursuit sa formation intégrale. Il s’engage ici et maintenant, mais sous la quasi-tutelle du prêtre. Cette sorte de liberté surveillée accentue l’ambiguïté de la condition étudiante. Convinced that the university’s mission is not only professional but also cultural, religious, moral, and national, Lionel Groulx prepared a vade-mecum. It portrays an ideal student characterized by a strong personality: he is simultaneously a resistant from a religious and traditionalist point of view, and a collaborator in the making of a more just and fraternal homeland. He is already an active citizen who, through the Association catholique de la jeunesse canadienne-française, strives to perfect his education. He is committed here and now but under the supervision of the priest. This kind of supervised freedom emphasizes the ambiguity of the student condition.

Roger Le Moine (4e fauteuil)
« L’Amérique des prosateurs français de la Renaissance »

Cet article reproduit des textes que certains prosateurs de la Renaissance, historiens, chroniqueurs et essayistes, ont rédigés en síinspirant des relations de voyage, histoires des découvertes comme aussi les dires de voyageurs et Amérindiens. À part ceux de Montaigne, ils sont pratiquement inconnus. Ainsi, je complète une enquête qui m’a jadis mené à publier toute une collection de poèmes exotiques dans un volume intitulé L’Amérique et les Poètes français de la Renaissance (textes présentés et annotés par Roger Le Moine, Ottawa, Éditions de l’Université d’Ottawa, 1972, 350 p. (Coll. Les Isles fortunées).

Les textes sont, pour la plupart, précédés et suivis de courts commentaires mais sans qu’ils ne soient analysés. Ma démarche n’a consisté qu’à les rendre accessibles. This article reproduces the texts that certain Renaissance authors, historians, chroniclers and essayists wrote while inspired by stories of travel histories of discovery as well as by the observations of travelers and Amerindians. With the exception of those written by Montaigne, they are practically unknown. I thus complete an investigation which earlier brought me to publish an entire collection of exotic poems in a volume entitled L’Amérique et les Poètes français de la Renaissance (texts presented and annotated by Roger Le Moine, Ottawa, 1972, 350 p. (Coll. Les Isles fortunées). The texts are for the most part preceded and followed by short commentaries without analysis. My objective consisted in making them available and accessible.

Bernard Andrès (6e fauteuil)

<h6"joseph et= » » de= » » h6= » » nancrède= » » presse= » » française= » » d’amérique= » » au= » » temps= » » la= » » gazette= » » montréal= » » (1780-1800) »<= » »>

En rappelant la carrière de Joseph de Nancrède (1761-1841), cet article évoque le réseau des imprimeurs francophones qui se sont illustrés en Amérique du Nord à la fin du XVIIIe siècle. Au croisement des cultures américaine et française Joseph de Nancrède s’intéressait aussi au destin du Québec, puis du Bas-Canada. Il a non seulement participé à la guerre d’Indépendance américaine, mais il a aussi enseigné le français à Harvard, Massachusetts et fondé en 1789 le Courier de Boston. C’est dans cette ville qu’il a connu le mémorialiste canadien Pierre de Sales Laterrière et qu’il a entrepris une longue carrière d’éditeur, à l’époque où Fleury Mesplet relançait la Gazette de Montréal. Expliquant à ses compatriotes d’adoption la Révolution française, il leur faisait aussi connaître Fénelon, Bernardin de Saint-Pierre, Brissot de Warville et les classiques français. Une fois naturalisé américain, il oeuvra également en France où il intervint dans l’exportation de la collection Desjardins au Bas-Canada. Dans ses derniers jours, il se lia d’amitié pour Louis-Joseph Papineau qui devint son exécuteur testamentaire. L’action de Joseph de Nancrède s’étend sur une des périodes les plus mouvementées des nations française, américaine et canadienne, à l’époque fondatrice des Révolutions atlantiques. Through an investigation of the career of Joseph de Nancrède (1761-1841), this article examines the network of francophone printers who distinguished themselves in North America at the end of the eighteenth century. At the crossroads of the American and French cultures, Joseph de Nancrède also became interested in the future of Québec and then Lower Canada. Not only did he participate in the American war of independence but he also taught French at Harvard, Massachusetts and founded in 1789 the Courier de Boston. It was in the latter city that he met the Canadian chronicler Pierre de Sales Laterrière and began a long career as editor in the same period that Fleury Mesplet resuscitated the Gazette de Montréal. While explaining the French Revolution to his newly found compatriots, he also introduced them to Fénelon, Bernardin de Saint-Pierre, Brissot de Warville and the French classics. Once he became a naturalized American, he also worked in France where he intervened in the exportation of the Desjardins collection to Lower Canada. Near the end of his life he befriended Louis-Joseph Papineau who became the executor of his will. Joseph de Nancrèdeís career spans one of the most eventful periods in the life of the French, American and Canadian nations, the founding years of the Atlantic revolutions.

Gilles Gallichan (3e fauteuil)
« La Session de 1836 ou le Parlement en grève [suivi des Débats de 1836] »

En 1836, rien ne va plus entre le Parlement du Bas-Canada et le gouvernement colonial. Le Conseil législatif use et abuse de son veto, le gouverneur Gosford a perdu toute crédibilité auprès de la majorité patriote à la Chambre et Londres tarde à répondre aux doléances manifestées depuis 1834 dans les 92 Résolutions. Jusqu’alors, le refus de voter les subsides avait été l’arme des députés, mais une tendance se dessine au sein de l’exécutif à passer outre les volontés budgétaires du Parlement. Convoqués en session en septembre 1836, les députés en viennent à refuser toute collaboration législative. C’est la grève. Dès lors, l’État colonial est totalement paralysé. L’épreuve de force est ainsi engagée et la constitution de 1791, révélant toutes ses carences structurelles, condamnée à terme.

In 1836, the Parliament of Lower Canada and the colonial government were in a deadlock. The Legislative Council used and abused its veto, Governor Gosford had lost all credibility in the eyes of the patriot majority in the House and London had yet to provide an answer to the recriminations of 1834 contained in the 92 Resolutions. Up to that point, the refusal to vote the subsidies had been the weapon of the members of Parliament but the Executive began to ignore the decisions of Parliament with respect to the budget. In September 1836, the members of Parliament met in session and decided to refuse any collaboration whatsoever. In a word, they went on strike. From that point onwards, the colonial government was totally paralyzed. The battle was thus engaged and the 1791 constitution, revealing all its structural deficiencies, was nearing its end.

Marcel Moussette (9e fauteuil)
« Les médailles religieuses, une forme de l’imagerie baroque en Nouvelle-France »

À partir de la découverte de trois types de médailles religieuses en laiton mises au jour dans un contexte archéologique du début du XVIIIe siècle sur le site du Palais de l’intendant à Québec, l’auteur tente de retrouver leur signification culturelle en les réinsérant dans les différents contextes auxquels elles ont participé. Cette démarche d’archéologie contextuelle est fondée sur une approche qui va de la micro-échelle de l’intendance, en passant par celle de la Nouvelle-France, jusqu’à la macro-échelle du contexte européen de la production baroque. Les résultats tirés de cette analyse permettent d’aborder la question de la relation entre ces médailles et l’action missionnaire ainsi que les métissages. Following the discovery of three types of brass religious medals brought to light in an archeological context of the beginning of the eighteenth century on the site of the Intendantís Palace at Québec, the author tries to establish their cultural significance by reinserting them in the different contexts from which they sprung. This contextual archeological method is based on an approach which incorporates the micro-scale of the Intendance, and of New France up to the macro-scale of the European context of baroque production. The results of this analysis address the question of the relation between these medals and missionary activity in addition to racial mixing.

Claude Galarneau (5e fauteuil)
« In Memoriam : Raymond Douville, Antoine Roy, Guy-Marie Oury
Hommages à trois anciens de la Société des Dix disparus respectivement en 1997, 1999 et 2000 »