Fauteuil # 1


Simon Langlois (2006)
Pierre Trépanier (1988)
Philippe Sylvain (1969)
Gérard Malchelosse (1935)


Simon Langlois

Fauteuil No 1 (2007- )

simonlanglois

Simon Langlois est sociologue et professeur émérite du Département de sociologie de l’Université Laval. Il détient un doctorat de l’université René-Descartes (Sorbonne Paris V) et une maitrise et un baccalauréat en sociologie de l’Université Laval. Il est membre de l’Académie des sciences sociales de la Société royale du Canada qu’il a présidée pendant deux ans. Il a été coordonnateur d’un grand projet international sur les tendances comparées « Comparative Charting of Social Change », dont les ouvrages ont été publiés par McGill-Queen’s University Press.

Ses travaux s’inscrivent dans trois champs de recherche : la stratification sociale (inégalités et pauvreté), l’appartenance nationale et identitaire, et la culture de la consommation. Simon Langlois pratique la sociologie dans une perspective historique.

Adresse
Département de sociologie
Université Laval
1030 avenue des Sciences humaines
Québec G1V 0A6
Tél. (418) 656-2142
simon.langlois@soc.ulaval.ca

Publications (sélection)

1. Livres (auteur ou co-auteur

  • Le Québec change. Chroniques sociologiques, Montréal, Del Busso éditeur, 2017.
  • Intentions d’auteurs sur le Québec, le Canada et les sciences sociales, Québec, Nota Bene, 2012, 385 p.
  • Consommer en France. Cinquante ans de travaux scientifiques du Crédoc, La tour d’Aigues, L’Aube, 2005, 371p.
  • Recent Social Trends in Canada 1960-2000, (avec Lance W. Roberts, Rodney A. Clifton Barry Ferguson et Karen M. Kampen), Montréal, McGill-Quen’s University Press, 2005.
  • Les raisons fortes. Nature et signification de l’appui et la souveraineté du Québec, (avec Gilles Gagné), Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 2002.
  • La société québécoise en tendances, 1960-1990, (avec Jean-Paul Baillargeon Gary Caldwell, Guy Fréchet, Madeleine Gauthier et Jean-Pierre Simard), Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1990, 667 p.

Livres (direction ou co-direction)

  • [Jean-Charles Falardeau] Sociologie du Québec en mutation. Aux origines de la Révolution tranquille, Introduction et choix de textes par Simon Langlois et Robert Leroux, Québec, Presses de l’Université Laval, 2013
  • Jeunes et projets de société. La conscience de génération en France et au Québec, (sous la direction de Simon Langlois et Jacques Palard), Québec, Les presses de l’Université Laval, 2008, 277 p.
  • Aspects de la nouvelle francophonie canadienne, (sous la direction de Simon Langlois et Jocelyn Létourneau), Québec, Les presses de l’Université Laval, coll. Culture française d’Amérique, 2004
  • Briser les solitudes. Les francophonies canadiennes et québécoise (sous la direction de Simon Langlois et Jean-Louis Roy), Québec, Nota Bene, 2003
  • Savoir et responsabilité (sous la direction de Michel de Sève et Simon Langlois), Québec, Éditions Nota Bene, 1999
  • Tendances comparées des sociétés post-industrielles, (sous la direction de Michel Forsé et Simon Langlois), Paris, Presses Universitaires de France, 1995
  • Convergencia o Divergencia ?, (sous la direction de Simon Langlois et Salustiano Del Campo), Madrid, Fundacion BBV, 1995
  • L’horizon de la culture. Hommage à Fernand Dumont, (sous la direction de Simon Langlois et Yves Martin), Sainte-Foy, Les Presses de l’Université Laval, 1995
  • Identité et cultures nationales. L’Amérique française en mutation (sous la direction de Simon Langlois), Sainte-Foy, Les Presses de l’Université Laval, coll. CEFAN, 1995
  • Convergence or Divergence ? Comparing Recent Social Trends in Industrialized Societies (S. Langlois, editor, with Theodore Caplow, Wolfgang Glatzer et Henri Mendras), Montréal, McGill-Queen’s University Press et Frankfurt, Campus Verlag, 1994
  • Traité des problèmes sociaux (sous la direction de Fernand Dumont, Simon Langlois et Yves Martin), Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1994, 1164 p.
  • Le Canada, tradition et révolution (sous la direction de Alan Artibise et de Simon Langlois), Montréal, Conseil international des études canadiennes, 1990, 190 p.
  • La morphologie sociale en mutation au Québec (sous la direction de Simon Langlois et de François Trudel), Montréal, Cahiers de l’ACFAS, 1986, 349 p.

Numéro spécial de revues (direction)

  • Sociologie du bien-être numéro spécial de L’Année sociologique, (direction avec Michel Forsé), 64, 2, 2014.
  • Républicanisme, multiculturalisme et laicité, (direction avec avec Guy Laforest), Numéro spécial de The Tocqueville Review/La revue Tocqueville, volume XXXIV, numéro 1, 2013.
  • Sociologie de la consommation, numéro spécial de L’Année sociologique, volume 61, numéro 1, 2011.
  • Quebec and French Canada. Numéro spécial de Journal of Indo-Canadian Studies, vol. 2, 2, 2002.
  • Voies nouvelles de la sociologie, L’Année sociologique (direction avec Michel Forsé), 1, 2002.
  • Au Québec et ailleurs : comparaisons de société, Recherches sociographiques, XLIII, 1, 2002, 261p.
  • Mémoire de Fernand Dumont, Recherches sociographiques (direction avec Jean-Philippe Warren), XLII, 2, 2001.

Chapitres de livres

  • « La révolution des genres de vie », dans Denis Latulippe (dir.), La sécurité sociale au Québec. Au cœur du développement d’une société, Québec, Presses de l’Université Laval, 2017 : 109-135.
  • (avec Michel Forsé et Maxime Parodi), « Des sentiments de justice sociale divergents en France et au Québec », dans Olivier Galland, La France des inégalités. Réalités et perceptions, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2016 : 139-156 ;
  •  (avec Davod Ahmadi Gheidari et Gale E. West) « Maternal fruit and vegetable consumption in Canada. Differences between Anglophones and Francophones » dans Florence Pasche Guignard et Tanya M. Cassidy (eds) Mothers and Food, Bradford, Demeter Press, 2016 : 133-145 ;
  • « Le sentiment de justice sociale : entre équité et égalité », dans Annick Poitras (dir.), L’État du Québec 2016, Montréal, Del Busso éditeur, 2015 : 245-250;
  • « Portrait démographique du Québec : une décennie dynamique », dans Miriam Fahmy, L’État du Québec 2014, Montréal, Boréal, 2013 : 39-57.
  •  « Jean-Charles Falardeau, interprète de la société québécoise » (avec Robert Leroux) dans Jean-Charles Falardeau, Sociologie du Québec en mutation. Aux origines de la Révolution tranquille, Introduction et choix de textes par Simon Langlois et Robert Leroux, Québec, Presses de l’Université Laval, 2013 : 1-12.
  • « Québec, une capitale en mutation » dans Pascal Lapointe, Les meilleurs blogues de sciences en français, Québec, Éditions Multimondes, 2013 : 33-37.
  •  « Mesurer scientifiquement le bonheur et la qualité de la vie » dans Miriam Fahmy (dir.), L’État du Québec 2011, Montréal, Boréal, 2010 :  143-154.
  •  « The PUF Sociologies series : A major source of scientific knowledge in contemporary sociology » dans Mohamed Cherkaoui et Peter Hamilton (dirs) Raymond Boudon. A Life in Sociology, Tome 4, Oxford, The Bardwell Press, 2009, pp. 261-282.
  •  « Defining the Quebec nation : Ten years of debates and an emerging consensus » dans Christian Lammert & Katja Sarkowsky (eds), Travelling Concepts. Negotiating Diversity in Canada and Europe, Wiesbaden, VS Verlag fur Sozialwissenschaften, 2010, pp. 109-128.
  • « Mutation du niveau de vie des familles québécoises » dans Gilles Pronovost, Chantale Dumont, Isabelle Bitaudeau et Elizabeth Coutu (dirs), La famille à l’horizon 2020, Québec, Les presses de l’Université du Québec, 2008, pp. 59-69.
  • « Québec 2008. Portrait social » dans Miriam Fahmy, L’état du Québec 2009, Montréal, Fides, 2008, pp. 40-98
  • « La place du français au Québec : bilan nuancé », dans Miriam Fahmy, L’état du Québec 2009, Montréal, Fides, 2008, pp. 105-112.
  •  « Niveaux de vie et effets de génération » dans : Céline Saint-Pierre et Jean-Philippe Warren (dirs), Sociologie et société québécoise. Présences de Guy Rocher, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2006, p. 73-84.
  •  « Fin d’une époque et renouveau des sciences sociales au Québec : les années 1990-2005 » (avec Marcel Fournier), dans Dominique Wolton (dir.), Mondes francophones, Paris, Éditions de l’ADPF, 2006 : 139-150.
  • « L’époque de la Société du parler français au Canada : arrière-fond sociographique », dans Claude Verreault, Louis Mercier et Thomas Lavoie (dirs), La Société du parler français cent ans après sa fondation : Mise en valeur d’un patrimoine culturel, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2006 : 187-208.
  •  « Vingt tendances marquantes de la société québécoise », (avec David Dupont), dans Michel Venne et Antoine Robitaille (dirs), L’Annuaire du Québec 2006, Montréal, Fides, 2005 : 691-701.
  • « Les jeunes appuient la souveraineté et les souverainistes le demeurent en vieillissant » (avec Gilles Gagné), dans Michel Venne et Antoine Robitaille (dirs), L’Annuaire du Québec 2006, Montréal, Fides, 2005 : 440-456.
  • « Gouvernance linguistique et mutations sociales », dans Jean-Pierre Wallot (dir.), La gouvernance linguistique. Le Canada en perspective, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, 2005 : 259-276.
  • « Diversité identitaire et référence commune : le cas du Québec », dans Justin K. Bisanswa et Michel Têtu (dirs), Francophonie en Amérique, Québec, CIDEF-AFI, 2005 : 263-274.
  • « Les défis démographiques du XXIe siècle », dans Robert Bernier (dir.) L’État québécois à l’aube du millénaire, Sillery, Presses de l’Université du Québec, 2004 : 493-511.
  • « Jeunes hommes en colère à Québec : malaise de classe et de génération », dans Michel Venne (dir.), L’Annuaire du Québec 2005, Montréal, Fides, 2004 : 92-94 ;
  • « Le Québec au XXIe siècle. Une société en profonde mutation », dans Michel Venne (dir.) L’annuaire du Québec 2004, Montréal, Fides, 2003 : 136-205.
  • « Classes sociales et stratification au Québec et au Canada », dans Jean-Noël Chopart et Claude Martin (dirs), Que reste-t-il des classes sociales ?, Rennes, Éditions de l’École nationale de la santé publique, 2004 : 187-224.
  • « Le système d’éducation face au défi démographique », dans Michel Venne (dir.) L’annuaire du Québec 2004, Montréal, Fides, 2003 : 458-465.
  •  « Briser les solitudes entre francophones », dans Simon Langlois et Jean-Louis Roy (sous la direction de), Briser les solitudes. Les francophonies canadiennes et québécoise, Québec, Éditions Nota Bene, 2003 : 173-183.
  • « Nouvelles tendances : objet et méthodes », dans Pierre Beaucage et Jean-Pierre Dupuis (sous la direction de), Des sociétés en mutation, Québec, Nota Bene, 2003 : 18-38.
  • « La région de Québec, un tissu social en profonde mutation », dans Institut de la Statistique du Québec, Le Choc démographique. La population de la communauté métropolitaine de Québec à l’aube du XXIe siècle, Québec, Institut de la statistique du Québec et Commission de la Capitale nationale, 2003 : 139-147.
  • « La société de consommation, avènement d’une nouvelle culture matérielle », dans Denise Lemieux et alii (dirs), Traité de la culture, Québec, Éditions de l’IQRC et Les Presses de l’Université Laval, 2002 : 931-947.
  • « Refondation de la nation au Québec » dans Roch Côté et Michel Venne (dirs) L’annuaire du Québec 2003, Montréal, Fides, 2002 : 5-26.
  • « Aspects démographiques: les grandes tendances » (95-112) ; « Familles et modes de vie: les grandes tendances » (112-123) ; « Aspects démolinguistiques : les grandes tendances(129-135) ; « Immigration et diversité culturelle » (141-146) ; « Emploi et activité professionnelle » (155-164) ; « Revenus, pauvreté et inégalités » (164-180) ; « Évolution de la consommation » (189-194) dans Roch Côté et Michel Venne (dirs), L’Annuaire du Québec 2003, Montréal, Fides, 2002.
  •  « Aspects de la santé: les grandes tendances » (avec Claude Fortier), dans Roch Côté et Michel Venne (dirs) L’annuaire du Québec 2003, Montréal, Fides, 2002 : 202-213.
  • « Empirical Studies on Social Stratification in Quebec and Canada », dans Yannick Lemel et Heinz Herbert Noll (dirs), Changing Structures of Inequality : A Comparative Perspective, Montréal et Kingston, McGill-Queen’s University press, 2002 : 67-108.
  •  « Inequality : The Structuring Effect of Social Class in Four Countries » (avec Paul Kingston, Yannick Lemel et Heinz Herbert Noll), dans Yannick Lemel et Heinz Herbert Noll (dirs), Changing Structures of Inequality : A Comparative Perspective, Montréal et Kingston, McGill-Queen’s University Press, 2002 : 369-428.
  • « The Contemporary Canadian State : Redefining a Social and Political Union », dans Theodore Caplow (dir.), Leviathan Transformed. Seven National States in the New Century, Montréal et Kingston, McGill-Queen’s University press, 2001 : 135-171.
  •  « Tendencias particulares y communes en las sociedades industrializadas avanzadas », (avec Wolfgang Glatzer), dans Maria Angeles Duran et alii (eds), Estructura y Cambio Social Homenaje a Salustiano del Campo, Madrid, Centro de Investigaciones Sociologicas, 2001 : 243-257.
  • « Tendances de l’appui à la souveraineté : la question du vote des femmes, 1999-2001 », (avec Gilles Gagné et Claude Fortier) dans Roch Côté (dir.), Québec 2002, Montréal, Fides, 2001 : 459-474.
  • « Aspects démographiques. Les grandes tendances » (101-118) ; « Familles et modes de vie. Les grandes tendances » (126-137) ; « Aspects démolinguistiques. Les grandes tendances » (147-153) ; « Immigration et diversité culturelle. Les grandes tendances » (157-161) ; « Emploi et activités professionnelles » (171-179 ) ; « Revenus, pauvreté et inégalités. Les grandes tendances » (187-202) ; « Évolution de la consommation » (211-216) dans Roch Côté (dir.), Québec 2002, Montréal, Fides, 2001.
  • « Aspects de la santé. Les grandes tendances » (avec Claude Fortier), dans Roch Côté (dir.), Québec 2002, Montréal, Fides, 2001 : 217-228.
  • « L’avenir de la langue française », dans M. Plourde (dir.) Le Français au Québec, 400 ans d’histoire et de vie, Montréal, Fides, 2000 : 430-438.
  • « Les changements sociaux : tendances de 1960 à 2000 », dans Roch Côté (ed.), Québec 2001, Montréal, Fides, 2000 : 9-86.
  • « Les enjeux sociaux du début des années 2000 », dans Roch Côté (éd) Québec 2001, Montréal, Fides, 2000 : 3-8.
  •  « L’état de l’appui à la souveraineté du Québec » (avec Gilles Gagné et coll. de Claude Fortier), dans Roch Côté (éd) Québec 2001, Montréal, Fides, 2000 : 97-108.

Articles dans dictionnaires et encyclopédies

  • « Social Tradition” dans James D. Wright (editor-in-chief), International Encyclopedia of the Social & Behavioral Sciences, 2nd edition, Vol 24. Oxford: Elsevier : 508–511.
  • “Identity Movements” dans James D. Wright (editor-in-chief), International Encyclopedia of the Social & Behavioral Sciences, 2nd edition, Vol 11. Oxford: Elsevier, 2015 : 543–546.
  • « Wellbeing in Canada » dans Wolfgang Glatzer, Laura Camfield, Valerie Moller et Mariano Rojas (dirs.), Global Handbook of Quality of Life. Explorations of Well-Being of Nations and Continents, London-Dordrecht, Springer, 2015 : 569-572.
  • « Consommation » dans Massimo Borlandi, Raymond Boudon, Mohamed Cherkaoui et Bernard Valade (dirs), Dictionnaire de la pensée sociologique, Paris, Presses universitaires de France, 2005 : 128-132.
  • « Dumont, Fernand 1927-1997 » dans Massimo Borlandi, Raymond Boudon, Mohamed Cherkaoui et Bernard Valade (dirs), Dictionnaire de la pensée sociologique, Paris, Presses universitaires de France, 2005 : 192-193.
  • « Relations sociales » dans Massimo Borlandi, Raymond Boudon, Mohamed Cherkaoui et Bernard Valade (dirs), Dictionnaire de la pensée sociologique, Paris, Presses universitaires de France, 2005 : 595-597.
  • « Dumont, Fernand (1927-1997) » dans John R. Shook (editor), The Dictionary of Modern American Philosophers, Tome II, Bristol, Thoemmes, 2005 : 677-680.

Articles scientifiques

  • « Stratification et classes sociales à Montréal, 1991-2011 », Les Cahiers des Dix, numéro 70, 2016 : 237-265.
  • « Convergence des consommations entre classes socioéconomiques et contraintes non monétaires au Canada » (avec Julien Bolaert et François Gardes), L’Actualité économique, décembre 2017.
  • « Contrasting sentiment of social justice in France and Québec », (avec Michel Forsé et Maxime Parodi) The Tocqueville Review/La revue Tocqueville, volume 37, numéro 2, 2016 : 13-34.
  • « La nouvelle stratification sociale de la société québécoise, 1971 à 2011 », Les Cahiers des Dix, numéro 69, 2015 : 341-37.
  • « Recherche universitaire et administration publique : les défis d’une collaboration », Télescope. Revue d’analyse comparée en administration publique, Québec, 2014, 45-52.
  • « La mobilité sociale subjective au Québec », Les Cahiers des Dix, numéro 68, 2014 : 287-300
  • « L’indice de Palma, nouvelle mesure des inégalités au Québec et au Canada » (avec Mathieu Lizotte), Revue Vie Economique, volume 6, numéro 1, 2014 : 15-21;
  • « Bonheur, bien-être et sentiment de justice », L’Année sociologique, numéro spécial sur La sociologie du bien-être, (dir. en collaboration avec Michel Forsé), 64, 2, 2014 : 389-420 ;
  • « Présentation » (avec Michel Forsé), L’Année sociologique, numéro spécial sur La sociologie du bien-être, 64, 2, 2014 : 261-271;
  • « Consommation. La frustration au quotidien », (avec Régis Bigot) dans Constructif, Numéro spécial Radiographie des classes moyennes, numéro 33, 2012 : 54-57 ;
  • « Jean-Charles Falardeau. Sociologue et précurseur de la Révolution tranquille », Les Cahiers des Dix, numéro 66, 2012 : 201-268 ;
  • « La grande mutation des professions au Québec 1971-2006 », Les Cahiers des Dix, numéro 65, 2011 : 283-303 ;
  • « Review Essay. John Porter. A life in Sociology » Canadian Journal of Sociology, 36, 3, 2011 : 229-240 ;
  • « Introduction », numéro spécial de L’Année sociologique, volume 61, numéro 1, 2011 : 11-19.
  • « Consommation et privation au sein des classes moyennes au Canada et en France », (avec Régis Bigot), L’Année sociologique, volume 61, numéro 1, 2011 : 21-46.
  • « Pauvreté et convergence des structures de consommation entre classes socioéconomiques au Québec, 1969-2006 » (avec François Gardes et Sami Bibi), Recherches sociographiques, LI, numéro 3, 2010 : 343-364.
  • « Mutation des classes moyennes au Québec entre 1982 et 2008 » dans Les cahiers des Dix, numéro 63, Québec, Les éditions Laliberté, 2010 : pp. 121-143.
  • « Loisir, culture, villégiature et tourisme dans les budgets des ménages québécois,
    1969-2006 » dans Les cahiers des Dix, numéro 63, Québec, Les éditions Laliberté,
    2010 : pp. 279-306.
  • « Social cohesion in Canada » (avec Barry Ferguson et Lance W. Roberts), The Tocqueville Review – La revue Tocqueville, XXX, 2, 2009 : 69-101.
  • « Sociologie du Canada français », Recherches sociographiques, L, 2, 2009 : 119-137.
  • « Budgets de famille et genres de vie au Québec dans la seconde moitié du XXe siècle » dans Les cahiers des DIX, numéro 62, Québec, Les éditions Laliberté, 2009 : 195-231.
  • « Trente ans de sociologie en France », Commentaire, printemps 2008, numéro 120 : 349-359.
  • « Sociologie de la ville de Québec », Les Cahiers des DIX, Québec, Les éditions Laliberté, 2008 : 193-213.
  • « Alexis de Tocqueville : un sociologue au Bas-Canada », The Tocqueville Review/La revue Tocqueville, volume XXVII, numéro 2, 2006 : 552-573.

Fauteuil # 1


Pierre Trépanier

Membre émérite (ancien fauteuil no 1, de 1998 à 2006)

1- Biographie

On m’a dit que je suis né en 1949. Je n’ai pas de raison d’en douter. La date de naissance de ma vocation d’historien est plus problématique. À l’école primaire, mes manuels d’histoire, écrits si je ne m’abuse par des clercs de Saint-Viateur, ont attisé ma curiosité, entretenue par les téléromans Radisson et Sang et Or, confirmée, plus tard, par d’Iberville, autre série télévisée. Au collège, dans les classes de grammaire, un professeur nous enseignait l’histoire ancienne par leçons magistrales et prise de notes, préfiguration de ce que, étudiant, j’allais connaître à l’université. À l’adolescence, je découvrais donc l’érudition historique et le métier d’historien. Mon père était farouchement antiduplessiste ; j’ai épousé la détestation paternelle. Un jour, un choc est venu ébranler mes jeunes certitudes : une modiste amie de ma grand-mère et de ma mère me fit cadeau de Quinze ans de réalisation de Robert Rumilly, à la gloire de Duplessis et de l’Union nationale. Ainsi, sur un même sujet, des gens sensés pouvaient en juger différemment : l’histoire suscitait des débats et la vérité historique, malaisée à établir, ne faisait pas nécessairement l’unanimité. Deux autres lectures de mon temps de collège me reviennent à la mémoire. Je me plongeai dans les Mémoires d’outre-tombe, dans l’édition du Livre de poche, la seule à la portée de ma bourse. Oh ! les grandes orgues de Chateaubriand ! Et que de réflexions saisissantes : « L’homme n’a pas une seule et même vie ; il en a plusieurs mises bout à bout, et c’est sa misère. » Un devoir d’histoire me met dans les mains l’Histoire du Canada français depuis la découverte de Lionel Groulx : j’apprends l’importance de l’histoire nationale, récit du destin tragique de mon peuple. Je ferai d’ailleurs ma rhétorique au séminaire de Sainte-Thérèse au moment de sa mue en collège Lionel-Groulx. J’observais dans l’alma mater du grand historien la fin d’une institution essentielle de l’ancienne société, le collège classique, et la naissance tourmentée d’une nouvelle, le cégep.

À l’université de Sherbrooke (1968-1970), je me cherchais : le latin et la philosophie risquaient de me détourner de Clio. La crise du latin dans l’enseignement secondaire, déjà perceptible, me poussa à abandonner le programme latin-grec par peur du chômage car je n’envisageais guère qu’une seule carrière, l’enseignement. Écartelé entre la philosophie et l’histoire, attiré par la littérature française, mon cœur balançait ; l’histoire eut le dessus. J’ai beau fouiller mes souvenirs, je ne parviens pas à préciser les motivations de mon choix. Disons provisoirement que c’est la faute à d’Iberville.

Sur mes études d’histoire proprement dites, à l’université d’Ottawa — maîtrise en 1972, doctorat en janvier 1976 —, je ne trouve guère à dire, sinon qu’elles me donnèrent l’occasion de rencontrer ma femme. Quelques professeurs auraient pu être des maîtres ; ils ont choisi l’administration. Toujours obsédé par la nécessité de gagner ma vie, je m’inscrivis au certificat en psychopédagogie à l’Université du Québec en Outaouais.

Je m’inquiétais pour rien. Chargé de cours à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (1976), je dois choisir entre le lycée Claudel d’Ottawa, le collège Saint-Alexandre de la Gatineau et l’université de Moncton, au Nouveau-Brunswick, le seul établissement universitaire qui m’offre un poste à temps plein. Je jette mon dévolu sur l’université acadienne, dont je garde un bon souvenir et à laquelle je voue toute ma gratitude : je lui dois ma carrière. On m’y charge d’une multitude d’enseignements, qui vont de la méthode historique à l’histoire des États-Unis en passant par l’histoire du Québec et même l’histoire de l’Acadie. Au cours des quatre années que j’y passe, soit de 1976 à 1980, je confirme la grande leçon apprise à Ottawa : en milieu minoritaire, ce qui est français devient bilingue, et ce qui est bilingue devient anglais. Sans sursaut national, voilà la trajectoire qui attend le Québec.

En 1980, l’Université de Montréal m’engage ; j’y resterai jusqu’à ma retraite en 2010. Je me passionne pour l’histoire intellectuelle, à laquelle on vient tôt ou tard quand on croit au rôle historique des idées, qui ne sont pas que des échos, des reflets ou des sous-produits de la structure sociale. L’histoire du catholicisme québécois m’intéresse aussi grandement. L’équipe de la Fondation Lionel-Groulx responsable de l’édition critique des œuvres de l’historien m’invite en son sein. Grâce à la générosité du regretté André Vachon, la Société des Dix m’accueille, au premier fauteuil, en 1988. Je m’en retirerai en 2006.

En 1991-1992, je dirige la Revue d’histoire de l’Amérique française ; l’Institut me renvoie à la suite d’un désaccord sur la liberté d’expression, vain mot dès que l’occasion de l’appliquer un peu sérieusement se présente, comme chacun sait. Je me concentre sur l’histoire intellectuelle des droites. Écœuré par les sempiternelles querelles au département d’histoire de l’Université de Montréal, j’entends sonner l’heure de la retraite en 2010.

Adresse postale : C.P. 56507, Montréal (Québec) H1W 3Z3
Courriel : pierre.trepanier@umontreal.ca

2- 2. Articles publiés dans Les Cahiers des Dix

Titre Parution

  • Robert Rumilly et la fondation du Centre d’information nationale (1956) 44 (1989), p. 231-254
  • Rameau de Saint-Père et Proudhon (1852-1853) 45 (1990), p. 169-191
  • La religion dans la pensée d’Adrien Arcand 46 (1991), p. 207-247
  • Lionel Groulx, historien 47 (1992), p. 247-277
  • Les droites au Canada français (1770-1970) 48 (1993), p. 119-164
  • Quel corporatisme ? (1820-1965) 49 (1994), p. 159-212
  • Esdras Minville (1896-1975) et le traditionalisme canadien-français 50 (1995), p. 255-294
  • Le premier Fauteuil (G. Malchelosse, Ph. Sylvain) 51 (1996), p. 11-38
  • Le maurrassisme au Canada français 53 (1999), p. 167-233
  • Un projet d’enquête sur la jeunesse universitaire (1913) 54 (2000), p. 137-169
  • L’étudiant idéal vers 1913 55 (2001), p. 117-148
  • Les tribulations d’André Dagenais 56 (2002), p. 235-295
  • Lucien Campeau s.j. (1914-2003) 57 (2003), p. 21-30
  • Le philosophe André Dagenais devant la critique 57 (2003), p. 205-262
  • Ni francophile, ni gallophobe. Lionel Groulx voyageur 58 (2004), p. 71-104
  • André Vachon (1933-2003) (nécrologie) 58 (2004), p. 135-169
  • Victor Barbeau, anarchiste de droite 59 (2005), p. 55-87

3- Livres publiés seul ou en collaboration

  • Siméon Le Sage. Un haut fonctionnaire québécois face aux défis de son temps (1867-1909), Montréal, Bellarmin, 1979, 187 p.
  • « Remembrement de l’Église d’Acadie », Dom Guy Marie Oury, sous la dir. de, La Croix et le Nouveau Monde. Histoire religieuse des francophones de l’Amérique du Nord, Chambray (France), C.L.D.; Montréal, C.M.D., 1987, 249 p., p. 151-167. (Outre Dom Oury et moi même, les collaborateurs sont Jean Hamelin, André N. Lalonde, Charles Lemarie, Lucien Lemieux et Nive Voisine. J’ai signé le chap. 9.)
  • Lionel Groulx, Correspondance, 1894-1967, vol. 1, Le prêtre-éducateur (1894-1906), édition critique en collaboration avec Giselle Huot et Juliette Lalonde-Rémillard, Montréal, Fides, 1989, cliv-858 p.
  • « La Société canadienne d’économie sociale de Montréal (1888 1911) et les conditions de la vie intellectuelle au Québec », Jean Rémi Brault, textes colligés par, Montréal au XIXe siècle. Des gens, des idées, des arts, une ville, Actes du colloque organisé par la Société historique de Montréal (Automne 1988), Montréal, Leméac, 1990, 270 p., p. 85-97.
  • Lionel Groulx, Correspondance, 1894-1967, vol. 2, Un étudiant à l’école de l’Europe (1906-1909), édition critique en collaboration avec Giselle Huot et Juliette Lalonde-Rémillard, Montréal, Fides, 1993, lxxxiv-839 p.
  • « Vie intellectuelle », Jacques Rouillard, sous la direction de, Guide d’histoire du Québec du régime français à nos jours, 2e éd. rev. et augm., Montréal, Éditions du Méridien, 1993, 354 p., chap. XV, p. 253-266.
  • « Relations canado-acadiennes », Pierre-Maurice Hébert, Les Acadiens du Québec, Montréal, Éditions de l’Écho, 1994, 478 p., chap. 33, p. 431-461. J’y signe aussi la préface, p. 3-5.
  • « L’histoire qui s’écrit et l’histoire qui se fait. Essai sur l’amitié entre Acadiens et Canadiens français », Collectif, Pour un renforcement de la solidarité entre francophones au Canada. Réflexions théoriques et analyses historique, juridique et sociopolitique, Dossiers du Conseil de la Langue française, no 42, 1995, viii-412 p., p. 153-186. [Reproduction de mon chapitre dans l’ouvrage de P.-M. Hébert, ci-dessus.]
  • « Une admiration intelligente », Giselle Huot, dir., Dits et gestes de Benoît Lacroix, prophète de l’amour et de l’esprit, Saint-Hippolyte et Montréal, Éd. du Noroît et Fondation Albert-le-Grand, 1995, 735 p., p. 311-315, 400-401 (pour les notes).
  • Une histoire libérale des idées au Québec. Analyse critique, causerie-débat tenue à Montréal, le samedi 23 février 2002, Club du 3-Juillet, 44 p.
  • Qu’est-ce que le traditionalisme ?, causerie-débat tenue à Montréal, le samedi 8 juin 2002, Club du 3-Juillet, 53 p.
  • Lionel Groulx, Correspondance, 1894-1967, vol. 3, L’intellectuel et l’historien novices (1909-1915), édition critique par Gisèle Huot, Juliette Lalonde-Rémillard et Pierre Trépanier, Montréal. Fides, 2003, 1045 p. Voir en particulier Pierre Trépanier, «Introduction. In toga candida. L’apprenti intellectuel», p. 11-145.
  • « L’historien et la tradition », dans Damien-Claude Bélanger, Sophie Coupal et Michel Ducharme, dir., Les Idées en mouvement : perspectives en histoire intellectuelle et culturelle du Canada, Québec, Presses de l’Université Laval, 2004, p. 77-105.
  • Lionel Groulx, Correspondance, 1894-1967, vol. 4, Le conférencier traditionaliste et nationaliste (1915-1920), édition critique par Gisèle Huot, Juliette Lalonde-Rémillard et Pierre Trépanier, Montréal, Fondation Lionel-Groulx, 2013, 745 p. Voir en particulier Pierre Trépanier, « Le conférencier traditionaliste et nationaliste », p. 47-113. — La version numérique des quatre tomes est disponible gratuitement sur le site de la Fondation Lionel-Groulx.

3.1- Articles

  • « Robert Rumilly, historien engagé », L’Action nationale, vol. 73, no 1, septembre 1983, p. 9 40.
  • « Roger Duhamel (1916 1985) », L’Action nationale, vol. 75, no 2, octobre 1985, p. 103 118.
  • « A l’occasion du 75e anniversaire de la fondation de l’École Sociale Populaire », L’Action nationale, vol. 75, no 5, janvier 1986, p. 399 421.
  • « Richard Arès », L’Action nationale, vol. 82, no 2, février 1992, p. 167-198.
  • « Esdras Minville et le nationalisme franco-canadien (1896-1975) », Écrits de Paris. Revue des questions actuelles (Paris), no 555, mai 1994, p. 41-46.
  • « Les Intellectuels québécois de l’entre-deux-guerres selon Catherine Pomeyrols : une analyse décevante », Les Cahiers d’histoire du Québec au XXe siècle, no 8, automne 1997, p. 225-230.
  • « La Société canadienne d’économie sociale de Montréal, 1888 1911 : sa fondation ses buts et ses activités », The Canadian Historical Review, v. 67, no 3, septembre 1986, p. 343 367.
  • « La Société canadienne d’économie sociale de Montréal (1888 1911) : ses membres, ses critiques et sa survie », Histoire sociale / Social History, v. 19, no 38, novembre 1986, p. 299 322.
  • « Les influences leplaysiennes au Canada français, 1855 1888 », Revue d’études canadiennes / Journal of Canadian Studies, v. 22, no 1, printemps 1987, p. 66 83.
  • Pierre Trépanier et Stéphane Pigeon, « Lionel Groulx et les événements de 1837-1838 », Les Cahiers d’histoire du Québec au XXe siècle, no 8, automne 1997, p. 36-58.
  • « Faire de l’histoire à la manière de Ronal Rudin », Bulletin d’histoire politique, vol. 7, no 1 (automne 1998), p. 106-118.
  • « L’histoire intellectuelle selon Jean de Viguerie », Mens. Revue d’histoire intellectuelle de l’Amérique française, vol. 4, no 2 (automne 2001), p. 5-15.
  • « Le renard ayant la queue coupée ou La luxuriance des études groulxiennes (1999-2003) », Mens. Revue d’histoire intellectuelle de l’Amérique française, vol. 4, no 2 (printemps 2004), p. 273-307.

4- Études sur Pierre Trépanier

— P. Trépanier et l’historiographie acadienne

Damien Rouet, Compte rendu du collectif Économie et société en Acadie (1996), dans la revue Égalité, printemps-automne 1996, p. 239.

Patrick D. Clarke, sous la dir. de, Clio en Acadie. Réflexions historiques, Québec, Presses de l’université Laval, 2014, p.37-39, 50-55, 188 et passim.

— P.Trépanier et les droites québécoises

Xavier Gélinas, La Droite intellectuelle québécoise et la Révolution tranquille, Québec, Presses de l’université Laval, 2007, p. 7-8 et passim.

Jean-François Nadeau, Robert Rumilly, l’homme de Duplessis, Montréal, Lux, 2009, p. 302-309.

Guy Laperrière, « Les dix ans de Mens », Mens. Revue d’histoire intellectuelle et culturelle, vol. 11, no 1 (automne 2010), p. 10, 12, 16-17, 20-21, 31, 33.

5- Fonds d’archives relatifs à Pierre Trépanier

Mes archives sont toujours en ma possession.
Fauteuil # 1