Chronique # 63 (2009)

PAR GILLES GALLICHAN ET YVAN LAMONDE

Prix des Dix 2010 à Hélène Pelletier-Baillargeon

Au nom de mes collègues, je suis heureux d’offrir le Prix de la Société des Dix à Hélène Pelletier-Baillargeon pour ses travaux historiques et biographiques et pour son engagement civique comme intellectuelle.

Formée à l’enseigne de la littérature et de l’écriture – avec un mémoire de maîtrise sur Francis Jammes à l’Université de Montréal en 1954, des études de doctorat à l’École pratique des Hautes études et à la Sorbonne de 1957 à 1959 en vue d’une thèse sur François Mauriac – Hélène Pelletier-Baillargeon est venue civiquement à l’histoire, elle a emprunté un chemin très personnel, celui de son besoin de comprendre d’ou venait son chemin et de faire comprendre où il pouvait mener. Pourquoi publie-t-elle en 1985 Marie Gérin-Lajoie, de mère en fille, la cause des femmes, et à partir de 1996 le premier tome de sa monumentale biographie d’Olivar Asselin dont le deuxième tome paraît en 2001 et le dernier tout récemment, en 2010 ? Comment cette littéraire de formation et cette femme – personne, épouse, mère – découvre-t-elle ses sentiers non battus de l’histoire ? Je me risque à lire des traces qui sont toujours, à vrai dire, un peu laissées sur la neige tant elles sont pour chacune et chacun difficiles à repérer.

Son engagement dans l’aventure de la revue Maintenant commence par des collaborations en 1962, avant qu’elle ne devienne adjointe à la rédaction de 1964 à 1972. L’intellectuelle catholique critique assume la direction de la revue de 1972 à 1974, traversant les tempêtes qu’essuie un catholicisme d’hier et qui met du temps à comprendre qu’il ne peut pas ne pas être de maintenant.

Au moment où Hélène Pelletier-Baillargeon tient chronique au Magazine Châtelaine, de 1974 à 1980, la citoyenne engagée pense son appartenance dans un essai, Le pays légitime, publié en 1979.

Après le front du renouveau religieux, du combat féminin et du positionnement intellectuel, elle se retrouve sur le front de l’instruction publique, siégeant au Conseil supérieur de l’éducation de 1977 à 1981, puis partageant sa réflexion et son expérience à titre de conseillère au cabinet du Ministre de l’Éducation de 1981 à 1983.

Ce cheminement intellectuel lui fait heurter l’histoire, celle d’une femme autrefois sur le front de l’éducation et du féminisme. Trois ans de recherche et de rédaction mènent à la publication en 1985 de sa première biographie, sur Marie Gérin-Lajoie, qui lui mérite le prix de la biographie Maxime-Raymond de l’Institut d’histoire de l’Amérique française. On lui avait donné : elle donne en retour son temps à la Fondation Lionel-Groulx.

Puis, pour la journaliste chroniqueuse à La Presse entre 1986 et 1988, c’est le grand face à face biographique avec le versatile Asselin. Hélène Pelletier-Baillargeon accompagnera intellectuellement l’intempestif journaliste pendant plus de vingt ans, nous faisant espérer chaque tome de la biographie.

Ce sont là les figures historiques auxquelles elle s’est intéressée. Mais l’intellectuelle a suivi d’autres aventures intellectuelles et spirituelles de maintenant, celle de Simone Monet-Chartrand, celle des religieuses du Carmel de Montréal, celles de Jacques Grand’Maison et de Robert Cliche.

C’est cette femme magnifique, cette intellectuelle aussi respectueuse que critique, cette historienne auto-formée au contact du présent et du passé que les Dix saluent aujourd’hui parmi les travailleurs de la preuve dont parlait Bachelard et parmi cette armée de l’ombre que furent les Résistants.

Yvan Lamonde

Prix et distinctions

Marcel Moussette, prix du Québec

En 2009, le prix Gérard-Morisset, la plus haute distinction accordée Québec dans le domaine de la culture et des arts, a été remis à notre confrère Marcel Moussette, professeur titulaire d’archéologie et chercheur émérite au Centre interuniversitaire d’études sur les lettres, les arts et les traditions de l’Université Laval (CELAT).

La remise de ce prix a été l’occasion de saluer, son immense contribution à la recherche archéologique québécoise, à sa rigueur scientifique et à son érudition. Il a entrepris de vastes chantiers de recherches, dont notamment l’îlot des Palais, à Québec et le site de l’île aux Oies, dans l’archipel de Montmagny. Il a formé plusieurs cohortes d’étudiants avec lesquels il a révélé l’horizon souterrain de l’histoire du Québec depuis les premières occupations amérindiennes du territoire, jusqu’aux activités socio-industrielles du XIXe siècle en passant par les premiers établissements de la Nouvelle-France.

C’est avec un sentiment de grande fierté fraternelle que nous offrons nos félicitations à Marcel Moussette. Pour en savoir davantage sur les prix du Québec et sur le lauréat 2009 du prix Gérard-Morisset, on peut visiter le site www.prixduquebec.gouv.qc.ca/recherche/desclaureat.asp?noLaureat=404

Marie-Thérèse Lefebvre, Prix Helmut-Kallmann

Marie-Thérèse Lefebvre a reçu en 2009 le Prix Helmut-Kalmann pour souligner sa contribution importante au développement des recherches sur l’histoire musicale au Québec et au Canada.

Fernand Harvey, Prix Clio Québec 2009 et Prix de l’Assemblée nationale 2009

Fernand Harvey a reçu conjointement avec Marc Vallières et l’équipe d’historiens réunis par l’INRS-Urbanisation, Culture et Société, le prix Clio Québec 2009 de la Société historique du Canada pour l’ouvrage Histoire de Québec et de sa région, Québec, Presses de l’Université Laval, 2008, 3 tomes. Par ailleurs, Fernand Harvey faisait partie de l‘équipe d’historiens français et québécois qui s’est mérité le Prix de l’Assemblée nationale 2009, décerné par l’Institut d’histoire de l’Amérique française, pour l’ouvrage France-Canada-Québec 400 ans de relations d’exception, sous la direction de Paul-André Linteau et Serge Joyal, Presses de l’Université de Montréal, 2008.

Laurier Lacroix, Cercle d’excellence

Laurier Lacroix a été admis en 2009 au Cercle d’excellence de l’Université du Québec.

Gilles Gallichan, Prix Zénith 2009

Gilles Gallichan a reçu avec Christian Blais, Frédéric Lemieux et Jocelyn Saint-Pierre le Prix Zénith 2009, décerné par le Conseil exécutif du Québec pour souligner l’excellence en communication gouvernementale. Le prix a été accordé pour la publication de Québec, quatre siècles d’une capitale, Québec, Publications du Québec, 2008.

Commémoration Pierre Bédard à l’Assemblée nationale

La Société du patrimoine politique du Québec (Sopoq) organise le 28 mai 2010, une journée de commémoration dédiée à Pierre Bédard (1762-1829), pionnier du parlementarisme et champion de la liberté de la presse au Québec. Un colloque, une exposition à la Bibliothèque de l’Assemblée nationale et le dévoilement d’un buste en bronze du personnage, œuvre de Pascale Archambault, marqueront cette journée. Gilles Gallichan est étroitement associé à l’organisation de cette commémoration.

Publications

Yvan Lamonde

Yvan Lamonde a publié en 2009 un essai qui invite à une incursion dans la correspondance, les écrits publics et les lectures de Louis-Joseph Papineau. À partir des textes qu’Yvan Lamonde avait lui-même rassemblés avec Claude Larin dans Un demi-siècle de combats (Fides, 1998) et l’imposante correspondance publiée en plusieurs volumes par Georges Aubin (Prix des Dix en 2006) et Renée Blanchet, il a dégagé les grandes lignes de la pensée politique et de l’itinéraire intellectuel de Papineau.

Signé Papineau. La correspondance d’un exilé, Montréal, Presses de l’université de Montréal, 2009, 288p.

Il a aussi co-dirigé la publication des actes d’un colloque organisé avec Denis Saint-Jacques, 1937 : un tournant culturel (PUL, 2009)

Marie-Thérèse Lefebvre

En 2009, Marie-Thérèse Lefebvre a publié, en co-direction avec le musicologue Jean-Pierre Pinson, une imposante chronologie qui retrace l’histoire musicale du Québec de ses origines à nos jours. Cette publication offre un outil de référence attendu depuis longtemps pour les études en musicologie québécoise. Visitez le site :
http://www.septentrion.qc.ca/catalogue/livre.asp?id=3100

Chronologie musicale du Québec, 1534 – 2004, Québec, Septentrion, 2009, 368p.

Laurier Lacroix

Laurier Lacroix a publié une monographie sur l’artiste Micheline Beauchemin, (Montréal, éditions du passage, 2009, 190p.) qui accompagnait l’exposition Micheline Beauchemin, fleuve de lumière au Musée national des beaux-arts du Québec (17 juin-18 octobre 2009).

Il a également fait paraître un article sur l’historiographie de l’histoire de l’art au Canada, dans la revue de l’Institut national d’histoire de l’art (France) : « L’histoire de l’art au Canada : développement d’une pratique », Perspective, la revue de l’INHA, vol. XX, no 3 (automne 2008), p. 476-500.

Signalons également un texte dans le tome 3 du catalogue raisonné de l’œuvre de Riopelle : « Riopelle ou l’essence du dessin », Jean Paul Riopelle, catalogue raisonné tome 3 (1960-1965), Montréal, Hibou éditeurs, 2009, p. 469-486.

Bernard Andrès

Bernard Andrès a fondé une nouvelle collection aux Presses de l’Université Laval : « L’archive littéraire au Québec » :
http://www.pulaval.com/collection/archive-litteraire-quebec-136.html

Cette collection s’intéresse au statut de l’archive et aux sources de la littérature et de la critique québécoises. On y privilégie la phase émergente des faits littéraires et le processus de leur institutionnalisation. Cette approche de l’archive s’avère déterminante dans la construction d’un savoir historique. Elle questionne les conditions d’apparition, de sélection, puis d’exploitation des sources : comment penser celles-ci, définir le mémorisable et relire l’histoire.

Deux premiers titres y sont parus en 2009 :

St. John de Crèvecœur et les Lettres d’un fermier américain, par Pierre Monette. PUL, 594p.

Journal du siège de Québec du 10 mai au 18 septembre 1759 (annoté par Ægidius Fauteux). Édition revue, mise à jour et présentée par Bernard Andrès et Patricia Willemin-Andrès. PUL, 259p.

Il a aussi fait paraître deux chapitres de livres:

– «L’idéalisation de la Nouvelle-France chez Philippe Aubert de Gaspé père : mémoire et Mémoires », in Marc André Bernier et Claude La Charité Philippe Aubert de Gaspé mémorialiste (Québec, Presses de l’Université Laval, coll. « Cultures québécoises »), 2009, p. 93-105.
– « Os aventureiros franceses nas Américas », in Ana Maria Lisboa de Mello, Maria Eunice Moreira et Zilá Bernd (dir.), Pensamento francês e cultura brasileira, Coleção Memória das Letras, 24, Porto Alegre (Brésil), Pontifícia Universidade Católica do Rio Grande do Sul, ediPUCRS, 2009, p. 211-223.

Marcel Moussette

Bilan de fouilles archéologiques menées sur plusieurs saisons à l’île aux Oies, Marcel Moussette a publié en 2009 : Prendre la mesure des ombres : archéologie du site Rocher-de-la-Chapelle, île aux Oies, Québec, Éditions GID, 2009, 316p.

Simon Langlois

« Sociologie du Canada français », Recherches sociographiques, L, 2 : 119-137.

« Social cohesion in Canada » (avec Barry Ferguson et Lance Roberts), The Tocqueville Review – La revue Tocqueville, XXX, 2, 2009 : 69-101.

« The PUF Sociologies series : A major source of scientific knowledge in contemporary sociology » dans Mohamed Cherkaoui et Peter Hamilton (dirs) Raymond Boudon. A Life in Sociology, Tome 4, Oxford, The Bardwell Press, 2009 : 261-282.

« Préface », dans David Dupont, Une brève histoire de l’agriculture au Québec. De la conquête du sol à la mondialisation, Montréal, Fides, 2009, 9-12.

Simon Langlois a aussi publié deux articles dans les journaux :

« Équité entre générations. Revoyons les types de rentes plutôt que d’imposer une hausse de cotisations aux plus jeunes », La Presse, jeudi le 17 septembre 2009.

« Une question d’équité intergénérationnelle », Le Devoir, vendredi le 18 septembre 2009.

Fernand Harvey

«À la recherche de l’américanité de Fernand Dumont», dans Serge Cantin et Marjolaine Deschênes, dir., Nos vérités sont-elles pertinentes?. L’œuvre de Fernand Dumont en perspective, Québec, Presses de l’Université Laval, 2009, p. 147-156.

«La culture en région», Entrevue avec Fernand Harvey par Jacques Saint-Pierre, Cap-aux-Diamants, no 100 (déc. 2009), p. 24-29.

Congrès, colloques et conférences

Denys Delâge

Au cours de la dernière année Denys Delâge a participé à plusieurs colloques et congrès et a prononcé des conférences à titre de professeur invité.

Questions autochtones contemporaines au Québec : état des lieux, mémoire et héritage colonial. Chaire d’études du Québec contemporain, Sorbonne Nouvelle (Paris III)
15 octobre 2008.

Commentateur pour Afrique (I. Seck) et Amériques (Belmessous) XVIIe-XIXe siècles Colloque international, Être et se penser Français. Nation, sentiment national et identités dans le monde atlantique français du XVIIe au XIXe siècle. Centre d’études nord-américaines, EHESS, Paris.16-18 octobre 2008.

Quoi célébrer à Québec en 2008 : histoire absente? Conflits identitaires? Héritage colonial? Colloque d’études canadiennes en Autriche (Innsbruck), 7-8 novembre 2008.

Animisme et colonialisme : corps, accords et désaccorps? Des hypothèses. Journée d’études et colloque international en hommage à Denys Delâge ; « Sexe et cultures dans la rencontre entre Amérindiens et Européens » (CIERA, EHESS). 14 novembre 2008.

Contemporary Indigenous Issues in Quebec Collective Memory and the Colonial Legacy. Canada Program, Weatherhead Center for International Affairs, Harvard University, Cambridge. 1er décembre 2008.

Bernard Andrès

Bernard Andrès a effectué deux tournées de conférences à l’étranger. En mars 2009, il a fait une tournée en Nouvelle-Zélande, portant sur la biographie romancée et le roman historique au Québec. Ces prestations ont été délivrées dans les institutions suivantes :
Auckland University, University of Waikato, Massey University, Victoria University of Wellington, University of Canterbury et University of Otago.

En octobre et novembre 2009, il a fait une autre tournée en Uruguay et au Brésil. Consacrés au 400e anniversaire de Québec et au 250e anniversaire de la Bataille des Plaines d’Abraham, ces conférences et séminaires ont eu lieu à l’Universidad de la República (Montevideo), à l’Universidade federal du Rio Grande do Sul, à l’Universidade federal de Fluminense, à l’Universidade federal de Goias et à la Pontificía Universidad Católica do Rio Grande do Sul.

Sa conférence principale a été publiée au Brésil sous le titre:
– Ditos e delírios comemorativos do 400o aniversário de fundação de Quebec ao 250o aniversário de sua tomada pelos ingleses. Traduction en portugais de Nubia Hancio et Kelley Duarte. Porto Alegre, Brésil, Cadernos do Programa de Pós-graduação em Letras da FURG, Série Traduçãos, Rio Grande, no 5, novembro 2009. Publicação com a chancela do Núcleo de Estudos canadenses, Universidade Federal do Rio Grande do Sul, Instituto de Letras, 35 p. [ISBN : 1982-2316].

Simon Langlois

Simon Langlois a organisé un colloque qui s’est tenu les 29 et 30 octobre 2009 à l’Université Laval pour souligner le 50e anniversaire de la fondation de la revue Recherches sociographiques, autour du thème « Défis du Québec contemporain ». Lors de ce colloque, le prix Georges-Henri Lévesque a été remis à M. Yves Martin, l’un des trois fondateurs de la revue avec Fernand Dumont et Jean-Charles Falardeau.

Lors de ce colloque, il a prononcé la conférence d’ouverture, intitulée : « Enjeux générationnels dans la société québécoise », le 29 octobre 2009.

Simon Langlois a, par ailleurs, présenté un mémoire sur la réforme du Régime de rentes du Québec à la Commission parlementaire des affaires sociales de l’Assemblée nationale du Québec le mardi 15 septembre 2009, intitulé « Équité entre les générations et modifications à apporter au Régime de Rentes du Québec », 39p. Ce rapport est disponible en ligne sur le site internet de la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale.

Il a en outre participé à deux colloques :

« Analyse critique et comparative des programmes et politiques de lutte contre la pauvreté au Québec » (avec Jean-Yves Duclos et François Gardes), Table ronde organisée par le Fonds québécois de recherche sur la société et la culture, Québec, le 8 décembre 2009.

« Culture et société québécoise », Colloque des professeurs de français du Danemark, Québec, Faculté des lettres, Université Laval, 14 octobre 2009.

La Société Charlevoix : études franco-ontariennes

Cette société-sœur de la Société des Dix poursuit ses activités ainsi que la publication de ses Cahiers consacrés à l’étude de l’Ontario français. Une récente entente avec les Presses de l’Université d’Ottawa assure désormais la publication des Cahiers Charlevoix depuis le numéro 8 (2010). Rappelons que les sept premiers Cahiers ont été publiés par les Éditions Prise de Parole (Sudbury). On trouvera dans la Chronique de la Société, signée par son secrétaire Michel Gaulin, les principales activités et réalisations de ses membres. Le numéro 8 contient les articles suivants :

  • Le principe du limaçon ou la résistance des marges. Essai d’interprétation de la dynamique des traditions
    Jean Pierre Pichette, Centre acadien (ethnologie), Université Sainte-Anne, N.-É : Fauteuil no 2
  • Le nouveau Visage de l’ambition en Ontario français
    Simon Laflamme, département de sociologie, Université Laurentienne : Fauteuil no 10
  • De la «tradition» à la participation : les années 1960 et les mouvements de jeunesse franco-ontariens
    Michel Bock, département d’histoire, Université d’Ottawa : Fauteuil no 3
  • Le Français de la région du Détroit, un français de la frontière?
    France Martineau, département de français (linguistique), Université d’Ottawa : Fauteuil no 4

Les autres membres de la Société Charlevoix sont

  • Gaétan Gervais, département d’histoire, Université Laurentienne : fauteuil no 1
  • Michel Gaulin, professeur émérite, département d’Études françaises, Université Carleton : fauteuil, no 7
  • Yves Frenette, historien et directeur du Centre de recherche en civilisation canadienne-française, Université d’Ottawa : fauteuil no 8
  • Raymond Mougeon, département d’Études françaises (linguistique), Collège Glendon, Université York, Toronto : fauteuil no 9
  • Le fauteuil no 5, auparavant occupé par l’historien Fernand Ouellet, professeur émérite de l’Université York, est vacant
  • Le fauteuil no 6, est également vacant depuis le décès de son premier titulaire, Roger Bernard, professeur à la Faculté d’Éducation de l’Université d’Ottawa.

Les récentes réunions des Dix

La Société de Dix s’est réunie au Musée des religions de Nicolet, le 15 août 2009. À cette occasion, les Dix en ont profité pour visiter les expositions en cours au Musée, ainsi que le centre d’archives régionales. La rencontre s’est terminée par une visite de la Maison-atelier du peintre Rodolphe Duguay, suivi de celle de l’église Saint-Grégoire de Nicolet.

Le 4 décembre 2009, les Dix tenaient leur réunion à la Faculté des sciences sociales de l’Université Laval à Québec. Cette rencontre s’est terminée par la visite des Archives de l’Université Laval et l’examen du fonds de la Société des Dix, ainsi que du fonds Gérard Malchelosse. Voir : Au fil des événements, Université Laval, vol. 45, no 15 (10 déc. 2009), p. 5 et http://www.aufil.ulaval.ca/articles/rencontre-societe-des-dix-21661.html

Site WEB des Dix

Le site Web de la Société des Dix, sous la responsabilité de Bernard Andrès, assisté de Dominique Plante, s’est enrichi de nouveaux éléments dont le menu « Les Amis des Dix ».

Les administrateurs de notre site Web a procédé récemment à une compilation statistique d’utilisation par pages consultées, temps de consultation, adresses IP des visiteurs (qui restent anonymes), tentatives et résultats des recherches effectuées sur le site, etc. Il en ressort sommairement que les quelques 2000 visites annuelles sont le fait de chercheurs intéressés par un thème ou un auteur traités dans nos Cahiers, ou encore par les objectifs des Dix, ou par les CV des sociétaires. L’une des récentes requêtes a servi à alimenter la notice des Dix dans Wikipedia.

À titre d’exemples, le 11 décembre 2009, figurent parmi les requêtes de nos visiteurs les thèmes suivants qui renvoient à de nombreux numéros des Cahiers traitant de : André Sévigny, l’abbé Lionel Groulx, Mgr Albert Tessier, Luc Lacoursière, les métiers du livre et L’influence d’un livre. Le 9 novembre, on s’intéressait à Bécancour, aux fêtes commémoratives, aux métis et au métissage, à Tavibois et à Roger le Moine. Le 16 du même mois, c’était au tour de Jean Simard, ou des Abénaquis; le 21, c’était Robert-Lionel Seguin. Cette dernière requête conduisait le visiteur à consulter les livraisons numérisées de nos Cahiers dans l’ordre suivant : 31, 42, 35, 33, 41, 28, 39, 37, 40, 36, 34, 30, 51, 32, 29, 38 et 43. Autant de découvertes que les administrateurs de notre site peuvent aujourd’hui faire avec le nouvel outil mis en place. De telles observations pourraient conduire à une étude intéressante des comportements d’érudits sur les sites de recherche ; elles nous permettent à tout le moins de constater l’utilité du nôtre et le type de fréquentations qu’il génère.

Adresse : http://www.societedesdix.uqam.ca/

Les Amis des Dix

En 2008, la Société des Dix a demandé le soutien de ceux et celles qui souhaitent appuyer les Dix dans la poursuite de leurs travaux de recherche et les encourager à continuer l’œuvre et l’esprit des fondateurs, soit d’une part l’entraide et l’amitié et, d’autre part, la diffusion des fruits de nos découvertes.

La réponse a été remarquable et fort encourageante pour la Société des Dix qui célèbre cette année ses 75 ans. Tel que promis, nous remercions ici publiquement nos amis et mécènes qui nous poussent à poursuivre l’œuvre de nos prédécesseurs.

Madame Juliette Bruneau
Monsieur Sylvio Héroux
Québec

Monsieur Olivier Clain
Département de sociologie
Université Laval
Québec

Madame Andrée Fortin
Département de sociologie
Université Laval
Québec

Monsieur Gilles Gagné
Département de sociologie
Université Laval
Québec

Madame Sylvie Lacombe
Département de sociologie
Université Laval
Québec

Monsieur Gilles Lamontagne
ancien maire de Québec
Québec

Madame Sophie-Laurence Lamontagne
Québec

Monsieur Jean Malchelosse
Madame Ghilaine Malchelosse
Laval

Madame Jeannine Malchelosse
Beloeil

Monsieur Gilles Malchelosse
Rigaud

Madame Lucille Malchelosse
Laval

Monsieur Yves Martin
Montréal

Madame Susan W. Savard
Ottawa

Madame Berthe Taschereau
Québec

Monsieur Donald B. Smith
Department of History
University of Calgary, Alberta