Politique

Émancipation coloniale, les causes de son inachèvement

[Yvan Lamonde]
On s’interrogera sans doute sur l’idée même de ce « regard clinique » sur les causes de l’inachèvement des projets d’émancipation coloniale de 1837 et de 1838 au Bas-Canada. Un regard clinique n’est pas une autopsie ! Le propos est d’identifier, de pondérer et de hiérarchiser ces causes.

Le coup d’état manqué de 1869

[Gilles Gallichan]
En décembre 1869, un épisode peu connu s’est déroulé dans les coulisses de l’Assemblée législative à Québec. Le fragile gouvernement Chauveau a alors subi l’assaut d’un petit groupe de conservateurs anglo-montréalais qui souhaitaient prendre le contrôle de l’État québécois naissant et ramener la capitale de Québec à Montréal. George-Étienne Cartier et Pierre-Joseph-Olivier Chauveau sont parvenus à étouffer cette fronde et à rassurer l’opinion quant à l’avenir de la cité de Champlain comme capitale de la province de Québec.

Louis-Joseph Papineau et la violence

[Yvan Lamonde]
La liberté vaut-elle qu’on verse une goutte de sang pour elle, demandait Daniel O’Connell ? Quel fut le rapport de Papineau à la violence, aux armes, à la prise d’armes ? À partir de ses positions sur le système seigneurial, les relations ethniques, la langue et la religion, l’analyse scrute l’outillage mental à partir duquel le leader patriote pouvait penser la radicalité physique. Les conflits locaux exacerbés étaient-ils recevables, reçus par le Parti patriote et par Papineau ?

Louis-Joseph Papineau et ses détracteurs

[Louis-Georges Harvey]
Après 1834, les nombreux textes dédiés à Papineau le personnifient sous les traits d’un révolutionnaire français, parfois même de Robespierre, témoignent de la vigueur de la tradition anti-jacobine au Bas-Canada. Dans tous les cas, la figure de Papineau vient à incarner certains prototypes bien établis dans l’univers discursif de l’époque que les intervenants brandissent pour susciter la réaction du lecteur en renvoyant des images et des références historiques déjà très familières.